2017 - Barroù Mae / Les branches de mai (4/4)

JPEG - 612 ko
Ur gloued bokedet e Lannarstêr d’ar 1añ a viz Mae 2015.
Un portail orné d’une branche de mai à Lanester le 1er mai 2015.

©Anaig Lucas
Barroù Mae (4/4)

Gwelet hon eus e talve ar barroù Mae d’ar baotred yaouank, un amzer zo bet, da zisklêriiñ o c’harantez da blac’hig o c’halon. Met ma veze ur merk a garantez d’ar liesañ, meur a wezh e veze ivez, e-lec’h ar barr Mae gortozet, ur merk arall a rebech, a zisfi, a garez. E lec’hioù ’zo e veze roet spern d’ar merc’hed drouk, kaol d’ar re jalous, banal d’ar re zigempenn, tin d’ar rederezed, lann d’ar pennoù fall, ur barr diàr un avalenn d’ar liperezed….

Estreget ar merc’hed a gave "drein en o skudell" d’ar c’hentañ mintin a Vae : d’ar wazed re jalous, e lec’hioù ’zo e veze kaset ur gaolenn e bleu ; d’ar re a bile o maouez e veze lakaet tammoù koad : kement-se a ziskoe e ouie an dud penn d’o fallentez hag he zamallent dezhe.

Ar modoù-hont a zo aet da get, met kustum ar barroù Mae a zo chomet e meur a lec’h, er c’hêrioù bras koulz hag er bourc’hioù bihan. Gwelet em eus er blezioù diwezhañ-mañ tier ha klouedoù bokedet e Lannarstêr, en Oriant, e Langedig, e Pleuwigner etc. E Baod, un nebeud blezioù ’zo e oa bet adlañset kustum ar barroù Mae get un tolpad tud yaouank. Hag un dra vat eo, me ’gred.

Ne lakaer ket mui divat ur barrig doc’h dor pe fenestr ar muiañ-karet, met derc’hel a raer da lakaat àr an ti, e korn al liorzh, àr ar gloued. Lakaet a ra an dud àr o zi, met meur a wezh e lakaont ivez doc’h tier ar re a garont : o familh pe o mignoned ag ar c’harter. N’eo ket koad-faou a vank dre ar vro, an diaesañ, alies, eo derc’hel soñj ag an deiziad, pe bout er gêr d’an deiz lakaet !

Un draig c’hoazh : ar glizh dastumet deiz kentañ miz Mae a veze priziet bras ha roet da evet d’ar saout, pe breliñset àr o zezhoù, a rae, a lârer, d’ar chatal bout yac’h ha spletus, ha reiñ d’o ferc’henn laezh hag amanenn mat a-vlezad !

Ur bern pennadoù a zo bet savet diàr-benn kustum ar barroù Mae pe kala-Mae èl ma veze graet ivez anezhe e meur a lec’h. Ur ger arall am eus klevet ivez maeenn, maeennoù, ur vaeenn da lâret eo ur barr mae, hag ur verb oc’hpenn-tra : maeiñ : maeet e veze an tier. Ar re a faot dezhe gouiet hiroc’h penn da heungoun ar barroù Mae, ha da gement tra, dre-vras, a denn d’al lidoù a veze graet e Breizh hag er broioù arall, tro-dro da Gala-Mae, a c’hell lenn ar gazetenn ArMen, enni e kavint meur a bennad talvoudus ha skeudennet kaer-bras ! [1]

A-benn nebeut e arruo ar c’houlz deomp da ziskouez e c’hellomp derc’hel da gustum ar barroù Mae, lod ac’hanomp a ra dija abaoe…ur vuhez marse, met seul stankoc’h e vo ar barroù Mae ha seul laouenoc’h e vo mintin kentañ miz Mae en hor bro : joa ha levenez d’an holl an deiz-se !

Kinniget get Daniel Doujet, Ebrel 2017
Les branches de mai (4/4)

Nous avons vu que les branches de mai servaient aux jeunes gens à déclarer leur flamme à l’élue de leur cœur. Mais si c’était une marque d’amour la plupart du temps, parfois, au lieu de la branche de mai espérée, on recevait une autre marque : de reproche, de défiance, d’accusation. Par endroits les filles méchantes recevaient de l’aubépine, les jalouses du chou, du genêt les malpropres, du thym pour les débauchées, de la lande pour les revêches, une branche de pommier pour les buveuses…

Mais il n’y avait pas que les filles qui trouvaient "des épines dans leur écuelle" le premier matin de mai : les maris trop jaloux recevaient un chou en fleur ; ceux qui battaient leur femme trouvaient des morceaux de bois : on leur montrait ainsi que tout le monde connaissait leur méchanceté et la réprouvait.

Ces modes-là ont disparu, mais la coutume des branches de mai perdure dans beaucoup d’endroits, autant dans les grandes villes que dans les petites. J’ai eu l’occasion d’en voir, ces années passées, à Lanester, à Lorient, à Languidic, a Pluvigner etc. À Baud, voici quelques années, un groupe de jeunes gens avait relancé la tradition des rameaux de mai. Et je pense que c’est une bonne chose.

On ne met plus guère sa banche de hêtre à la porte de sa bien-aimée, mais on continue à en mettre sur sa maison, au coin du jardin, sur le portail. Les gens en mettent chez eux, mais aussi, bien souvent, chez les gens qu’ils aiment : leurs parents et amis du secteur. Ce n’est pas le hêtre qui manque dans le pays, le plus dur c’est parfois d’être là le jour dit et de ne pas oublier !

Encore une petite chose : la rosée recueillie au matin du premier jour de mai était réputée et donnée à boire aux vaches, ou bien on en aspergeait leurs pis, cela donnait santé et production au bétail : leur propriétaire aurait bon lait et bon beurre en abondance !

Il ya a eu beaucoup d’articles écrits sur cette tradition des branches de mai, qu’on appelle aussi "kala-mae" (calendes de mai) par endroits. J’ai également entendu "maeenn, maennoù", "ur vaeenn" pour dire une branche de mai. Il existe également un verbe "maeiñ" pour mettre du mai aux endroits requis. Ceux qui veulent sse documenter un peu plus là-dessus, et sur tout ce qui a trait aux coutumes du 1er mai en Bretagne et dans d’autres pays, peuvent se référer, par exemple, à la revue ArMen. Ils y trouveront de très bons articles, superbement illustrés, qui plus est.

Bientôt arrivera le moment de montrer que nous pouvons perpétuer la tradition du mai breton : certains d’entre nous le font déjà depuis… une vie entière peut-être, mais plus les branches de hêtres seront nombreuses ce jour-là et plus ce matin de mai rayonnera sur notre pays : joie et bonheur à tous ce jour-là !


Présenté par Daniel Doujet, avril 2017

[1Setu un nebeud anezhe :
"La nuit du premier mai, Branches d’amour et chants de quête en Côtes-d’Armor", Daniel Giraudon, ArMen 58, Avril 1994, p. 2-11.
"Belteine, Les traditions du 1er mai en Irlande", Daniel Giraudon, ArMen 84, Avril 1997, p. 26-35.
"Les traditions du 1er mai en morbihan", [evezhiadennoù] Michel Le Billan, ArMen 88, Septembre 1997, p. 60.
"Le mai en Cornwall", Daniel Giraudon, ArMen 120, Avril 2001, p. 24-33.

DeiziataerTous les événements

Navigation