2017 - Barroù Mae / Branche de mai (2/4)

Barroù Mae (2/4)

D’an 6 a viz Mae 1966 en doa Rafael Taldir, unan a gronikerion gentañ Etrezomp e brezhoneg, skrivet ur pennadig ivez diàr-benn ar barroù Mae, bepred el Liberté ha lâret a rae èl Job Jaffré, en ur resisaat :

"E korn ar park e vez plantet unan, hag e penn ar liorzh, an deiz kentañ ag ar miz da vintin, pe d’ar serrnoz an deiz e-raok.
Evit petra ? Diaes eo goût, rak ar mod-se a za deomp a-c’houde kantvlezioù. Evit degas eurvad àr ar madoù moarhat ha kemer lod a joa an nevez-hañv."

Ur pennad arall a savas evit An Doéré, niverenn 20, hani an nevezamzer 1986, setu darnoù anezhañ :
Les branches de mai (2/4)

"Le 6 mai 1966, déjà pour La Liberté, Rafael Taldir, un des premiers chroniqueurs d’Etrezomp e brezhoneg, avait fait un petit article sur les branches de Mai, où il disait comme Job Jaffré, en précisant :

"On en plantait une au coin du champ, une dans le courtil, le premier jour de mai au matin, ou la veille au crépuscule.
Pourquoi ? Dur à savoir, car la coutume remonte loin dans les siècles passés. Pour apporter le bonheur sur les biens sans doute et prendre sa part aux joies du printemps."


Il écrivit un second article pour la revue An Doéré, numéro 20, du printemps 1986, en voici des extraits :
JPEG - 596.7 ko
Ur barr Mae
Une branche de mai
© Anaig Lucas
Ar barr Mae

"A-viskoazh, en hor bro, emañ bet ar mod, an deiz diwezhañ a Ebrel, deiz Kala-Mae, da lakaat barroù gwez en-dro d’an tier, barroù daet an del enne a-nevez. Ar faou a droc’her da gement-se d’ar liesañ, met gwezhave ar spern-gwenn a vez choazet ivez, hag e Baod an dud a rae get koad-bezv.

Doc’h avel flour ar serrnoz e krolle an deligoù doc’h an nor, ar fenestr ag an ti pe ar c’hraou, e penn ar liorzh e pe korn ar park. Ar vugale a haste buan goude ar skol, da vonet d’ar c’hoad tostañ da droc’hiñ o sammig barroù. Doc’h an iliz, mem, e lakaer ur barr Mae, a-guzh : an Aotrou Person ne veze ket bepred koutant doc’h an ard, en arbenn ma oa "ur mod paian" ’lâre-eñ.

Ar paotr yaouank n’ankouae ket a gas ar barr-mae doc’h fenestr e blac’h evit tenniñ an eurvad àr o c’harantez. E meur a lec’h, ar baotred yaouank a yae a-vandenn, da gas o barroù a di da di en ur ganiñ : amanenn pe uioù a veze kinniget dezhe evit gopr.
Perak ar mod-se en hor bro ? E-mesk ar Gelted kozh, ar blez nevez a gomañse e miz Mae, deiz an nevez-hañv. /…/

En diavez ag hon bro, amzer zo bet, e oa modoù arall. En Normandi, e Évreux, ar veleion a yae da droc’hiñ ur barr Mae hirmambret get barrigoù, da lakaat en-dro d’an aoter pe dirak delwenn ar sent. Ar prehesion a zae er-maez ag an iliz a rae an dro ag ar blasenn. Pep hani a zalc’he en e zorn ur barr-Mae, hag ar falz get pehani e oa bet troc’het. Anvet e oa ar lid-se ar Prehesion du.

E Pariz, dirak Iliz-Veur Intron-Varia e veze savet ur wezenn deliet anvet Gwezenn Mae.

(Da genderc’hel)

Kinniget get Daniel Doujet, Ebrel 2017
La branche de mai

"Depuis toujours, dans notre pays, c’est la coutume, le dernier jour d’avril, aux calendes de mai ; de mettre des branches d’arbres autour des habitations ; des branches sur lesquelles un feuillage nouveau vient de pousser. C’est le hêtre qu’on emploie le plus souvent pour cela, mais parfois encore on choisit l’aubépine, et à Baud les gens utilisaient le bouleau.
Sous la délicate brise du crépuscule, les petites feuilles dansaient aux portes, aux fenêtres de la maison, ou de l’écurie, au bout du jardin ou au coin du champ. Les enfants se dépêchaient de rentrer de l’école pour aller au bois le plus proche y couper leur brassées. Et même sur l’église, on mettait des branches de mai, en cachette : Monsieur le Curé n’appréciait pas toujours le geste, lui reprochant d’être "une mode païenne", selon lui.


Le jeune homme n’oubliait pas d’aller mettre une branche de mai à la fenêtre de sa bien-aimée, pour attirer le bonheur sur leur amour. En maints endroits, les jeunes gens allaient en bandes, porter leurs branches de maison en maison : on leur offrait du beurre ou des œufs pour salaire de leur peine.

Pourquoi cette coutume dans notre pays ? Chez les anciens Celtes, la nouvelle année commençait au mois de mai, le jour du printemps. /…/

Ailleurs que chez nous, il fut un temps, existaient d’autres coutumes. En Normandie, à Évreux, les prêtres allaient couper des branches aux ramifications bien longues, qu’ils mettaient autour de l’autel ou devant les statues des saints. La procession sortait de l’église et faisait le tour de la place. Chacun avait en mains une branche de mai, et la faucille qui l’avait coupé. On appelait cette cérémonie la Procession noire.

À Paris, devant la Cathédrale Notre-Dame on élevait un arbre appelé Arbre de mai.

(À suivre)


Présenté par Daniel Doujet, avril 2017

DeiziataerTous les événements

Navigation