2017 - Barroù Mae / Les branches de mai (1/4)

Barroù Mae (1/4)

Setu ur c’hustum plijus, daet deomp a-gozh : bokediñ an tier noz an 30 a viz Ebrel, get barroù faou nevez ha tener o del. N’eo ket kollet penn-dre-benn, lod dre-se, un tammig e pep lec’h er vro, a zalc’h da stagiñ barroù faou doc’h an tier an noz-se. Setu ar pezh a skrive Job Jaffré, e-barzh La Liberté du Morbihan [1] , d’an 10 a viz Mae 1980 [2] :
Les branches de mai (1/4)

C’est une coutume plaisante, qui nous vient de loin : garnir les maisons, la nuit du 30 avril, de branches de hêtre aux feuilles nouvelles et tendres. Elle n’est pas complètement perdue, et ici et là, à travers le pays, certains continuent d’en accrocher aux habitations cette nuit-là. Voici ce qu’en disait Job Jaffré dans une chronique de La Liberté du Morbihan [3], le 10 mai 1980.
JPEG - 1.3 Mo
Gwez faou e koadoù Kemperle
Hêtres en forêt à Quimperlé

© Anaig Lucas
Barroù Mae

"D’enderv-noz, deiz diwezhañ miz Ebrel, emañ an akustumañs dre-mañ monet da glask barroù faou nevez. "Bokedoù Mae" a vez graet anezhe rak ret e vez dezhe bout staget an nozvezh-se evit ma vint gwelet doc’h an tier d’ar c’hentañ mintin a viz Mae. Ur barr a vez doc’h fenestr an ti. Met ivez doc’h ar c’hraou, da lâret eo doc’h pep lojeris, tud pe loened, hep ankouaat klud ar yer, ar foenneg pe ar blouzeg, nag ar c’harrdi lec’h ma vez ar mekanigoù hag ar benvegoù.
Evit petra kement-se ? Sañset eo, e vo gwarantet an ti, an dud, ar loened, ar madoù, doc’h pep falldegouezh.
Ar vugale n’ankouaont ket monet d’ober un dro d’ar c’hoad tostañ evit dastum ar barroù Mae. Donet a raont gete a vrec’hadoù hag ur blijadur eo evite o lodenniñ etre tier an dro.
An akustumañs nend eo ket anavet e meur a lec’h, pe marse emañ kollet. Soñj am eus, ur blevezh ma en em gaven e Kemper d’ar c’hentañ a viz Mae, bout gwelet tud kêr souezhet-bras é welet kirri ha tankirri daet a zre-mañ, pep unan get e varrig. En Oriant, e-leizh a dier o deus dalc’het d’an akustumañs desket get o zud a-ziàr-vaez. Ma ne vez ket diskoet ar boked doc’h tu ar maez, e vez staget àr-dreñv, evit derc’hel da "lezenn" ar re gozh.

Lâret em eus e vez degemeret barr Mae èl ur seblant a chañs-vat. Met a ven emañ daet an akustumañs ? Ag amzer ar baianed o deus lâret lod. Nag e vehe ? Paian pe pas, me ’gav emañ un dra plijus saludiñ èl-se an amzer nevez, ha diskoiñ fiziañs en dazoned.
E meur a lec’h, e oa ar pleg get ar baotred yaouank bokediñ fenestr o gwellañ-karet. Met paotred a galon en em gave evit stagiñ ur boked doc’h fenestr razh ar merc’hed yaouank. Hani ne veze ankouaet hag èl-se pep plac’h a ouie doc’h an dra-se e oa bet ur paotr evit bout bet ur soñj eviti. Ha ne gavit ket-c’hwi brav an dra-se ?
Mamm (Doue d’he fardono) he doa klevet un dra arall. En Amzer-se e oa ar Farizianed é klask àr-lerc’h Jezuz evit gober droug dezhañ. Unan bennak en doa diskoet dezhe an ti lec’h ma en em gave. Evit anaout an ti, int o doa staget ur barr doc’htañ. Met a p’o deus distroet en-dro get soudarded, petra o deus gwelet ? Razh an tier o doa ur barr ! Penaos anaout an ti a glaskent ? Peogwir, er vro-se, an tier a zo hañval an eil doc’h egile ?
Setu ar pezh am eus klevet. Marse e ouiit un tammig bennak muioc’h ?"

(Da genderc’hel)

Kinniget get Daniel Doujet, Ebrel 2017
Les branches de mai

"Vers la fin de l’après-midi, le dernier jour d’avril, il est de coutume d’aller à la recherche de branche de hêtre "des branches de Mai", voilà comme on les appelle, car elles doivent être attachées cette nuit-là pour être visibles le premier matin de mai. Il faut une branche sur la fenêtre de chaque maison. Mais aussi sur l’écurie, c’est-à-dire sur chaque logement, pour humains et animaux, sans oublier le poulailler, le grenier à foin ou la meule de paille, ni le hangar où l’on range charrettes et outils.
À quoi sert tout cela ? Selon la croyance, la maison sera ainsi protégée, les gens, les animaux, de tout mauvais évènement.
Les enfants n’oublient pas d’aller faire un tour au bois le plus proche pour prélever quelques branches de Mai. Ils en reviennent les bras chargés et se font un plaisir de les partager entre les maisons des alentours.
La coutume n’est pas connue partout, ou bien elle a été oubliée. Je me souviens, une année que je me trouvais à Quimper le premier mai, d’avoir vu l’étonnement des gens voyant arriver des voitures de par chez nous, chacune avec sa branche de mai. À Lorient, de nombreuses maisons on gardé la tradition apprise de leurs familles de la campagne. Si la branche n’est pas mise du côté de la rue, elle l’est du côté du jardin pour perpétuer la "loi" des ancêtres.
J’ai dit qu’on considérait la branche de mai comme un gage de bonheur. Mais d’où nous vient cette tradition ? Du temps des païens, disent certains. Et alors ? Païen ou pas, je trouve que c’est une chose agréable de saluer ainsi le printemps et de montrer confiance en l’avenir.


Dans beaucoup d’endroits, la tradition pour les jeunes hommes était de fleurir la fenêtre de leur bien-aimée. Mais il se trouvait des jeunes gens au grand cœur qui garnissaient d’une branche la fenêtre de toutes les jeunes filles. Aucune n’était ainsi oubliée et chacune savait qu’un garçon avait eu une pensée pour elle. Vous ne trouvez pas ça beau ?
Maman (que Dieu lui pardonne) avait entendu une autre chose. En ce temps-là, les Pharisiens étaient à la recherche de Jésus pour le mettre à mal. Un homme leur avait montré la maison dans laquelle il logeait. Pour reconnaître la maison, ils y avaient accroché une branche. Mais quand ils s’en revinrent avec des soldats, que virent-ils ? Toutes les maisons avaient leur branche ! Comment reconnaître celle qu’ils cherchaient ? Puisque, dans ce pays, toutes les maisons se ressemblaient ?
C’est ce qu’elle m’a dit. Mais peut-être en savez-vous un peu plus ?"


(À suivre)

Présenté par Daniel Doujet, avril 2017

[1Pemdezieg morbihanat aet da get e 1995, goude 130 vlez.

[2Embannet get Emglev Bro an Oriant "Etrezomp e Brezhoneg 1980-1981", 2008. Ur pennad arall en doa skrivet ivez, hañval a-walc’h doc’h hennañ, d’an 29 a viz Ebrel 1983, lenn "Etrezomp e Brezhoneg 1982-1983", Emglev Bro an Oriant, 2009.

[3Quotidien morbihannais disparu en 1995, après 130 ans d’existence.

DeiziataerTous les événements

Navigation